FR/Prabhupada 0258 - Intrinsèquement nous sommes tous des serviteurs

From Vanipedia


Intrinsèquement nous sommes tous des serviteurs
- Prabhupāda 0258


Lecture -- Seattle, September 27, 1968

Il y a un beau verset bengali,

kṛṣṇa bhuliya jīva bhoga vāñchā kare
pāsate māyā tāre jāpaṭiyā dhare

Dès que notre conscience originelle devient polluée par la conscience de la jouissance matérielle — que je veux dominer les ressources de la matière — ... dès que nous tournons notre conscience de cette manière, alors, nos ennuis commencent, immédiatement māyā. Cette conscience persistante de vouloir profiter de ce monde matériel au meilleure de nos capacités ... tout le monde essaie de le faire ; chacun de nous, en commençant par la fourmi jusqu'à la créature vivante la plus élevée, Brahmā, tout le monde essaie de devenir l'un des maîtres. Tout comme récemment dans votre pays, il y avait tellement de démarchage électoral pour devenir le président. Pourquoi ? La même idée : tout le monde est prêt à devenir une sorte de seigneur — C'est māyā.

Notre mouvement pour la conscience de Kṛṣṇa est complètement à l'opposé. Nous essayons simplement de devenir le serviteur du serviteur du serviteur du serviteur de Kṛṣṇa — Juste à l'opposé. Au lieu de devenir le seigneur, nous voulons être le serviteur du serviteur de Kṛṣṇa : Gopī-bhartuḥ pada-kamalayor dāsa-dāsānudāsaḥ (CC Madhya 13.80). Ainsi, pour la civilisation moderne en vogue, les gens peuvent dire que c'est une mentalité d'esclave. C'est une très bonne idée ; « Pourquoi devrais-je devenir un esclave ? Je vais devenir le maître. » Mais il ne sait pas que cette conscience de vouloir devenir le maître est la cause de sa souffrance.

Cette philosophie doit être comprise : Constitutionnellement, nous sommes tous des serviteurs. En croyant devenir le maître de ce monde matériel, nous sommes devenus le serviteur de nos sens parce que, constitutionnellement, nous sommes des serviteurs. Nous ne pouvons pas faire quelque chose sans servir. Chacun d'entre nous assis dans cette assemblée est un serviteur.

Ces garçons qui ont choisi la conscience de Kṛṣṇa ont accepté de devenir des serviteurs de Kṛṣṇa. Ainsi, leurs problèmes sont résolus. Mais d'autres pensent, « Pourquoi dois-je devenir le serviteur de Dieu ou le serviteur de Swamijī ? Je vais devenir le maître »... En réalité, il ne peut pas devenir le maître ; il est le serviteur de ses sens, c'est tout. Essayez simplement de comprendre : Il doit être un serviteur, mais il est le serviteur de sa convoitise, il est le serviteur de son avarice, il est le serviteur de sa cupidité, le serviteur de sa colère, le serviteur de tant de choses — Kāmādīnāṁ kati na katidhā pālitā durnideśāḥ (CC Madhya 22.16).

A un niveau supérieur, quelqu'un est devenu le serviteur de l'humanité, quelqu'un est devenu le serviteur de la société, quelqu'un est devenu le serviteur du pays, mais le but réel est qu'il veut devenir le maître ; cette maladie est là. Les candidats à la présidence présentent leurs différentes manifestations, non, manifeste, que « Je vais très bien servir le pays, s'il vous plaît donnez-moi votre vote » ; mais la véritable idée est que, d'une manière ou d'une autre, il devienne le maître du pays — c'est māyā.

Donc, comprenons cette petite philosophie, que « constitutionnellement je suis un serviteur »... Ça ne fait aucun doute, personne ne peut dire que « je suis libre, je suis le maître », personne ne peut le dire. S'il pense comme ça, c'est māyā, c'est faux.