FR/Prabhupada 1067 - Nous devons accepter la Bhagavad-gita sans l'interpréter et sans rien en retrancher

From Vanipedia
Jump to: navigation, search

Nous devons accepter la Bhagavad-gita sans l'interpréter et sans rien en retrancher
- Prabhupāda 1067


660219-20 - Lecture BG Introduction - New York

Il est entièrement possible, pour les petites entités complètes, c'est-à-dire les êtres vivants, de réaliser Celui qui est complet. Tous les degrés de l'incomplétude, nous en faisons l'expérience en raison de notre connaissance incomplète de Celui qui est complet. Ainsi, la Bhagavad-gītā contient la connaissance complète de toute la sagesse védique.

Le savoir védique tout entier est infaillible. On peut donner différents exemples pour montrer l'infaillibilité du savoir védique. Ainsi, pour les hindous, voici un exemple insignifiant qui montre de quelle manière ils acceptent le savoir védique comme exhaustif. Prenons la bouse de vache. La bouse de vache est l'excrément d'un animal. Selon la smṛti, le savoir védique, si quelqu'un touche l'excrément d'un animal, il doit prendre un bain pour se purifier. Mais, dans les Ecritures védiques, il est indiqué que la bouse de vache est pure. Et même, les lieux impurs ou les objets impurs sont purifiés par le contact avec la bouse de vache. Or, si quelqu'un demande comment il est possible que, dans un passage, il soit dit que l'excrément des animaux est impur alors que, dans un autre passage, il est dit que la bouse de vache, qui est aussi l'excrément d'un animal, est pure, ce qui paraît contradictoire. En effet, cela peut apparaître comme contradictoire, mais, comme c'est la prescription des Védas, nous devons l'accepter dans la pratique. Et, en l'acceptant, nous ne commettons aucune faute. Les chimistes contemporains, la science contemporaine, notamment le Dr Lal Mohan Gosal, qui ont très en détail analysé la bouse de vache, ont découvert que la bouse de vache est une combinaison de toutes les propriétés antiseptiques. De même, ce chimiste a analysé l'eau du Gange, par curiosité. Ainsi, mon point de vue est que la connaissance védique est complète, parce qu'elle est au-dessus de tous les doutes et de toutes les erreurs. Et la Bhagavad-gītā est l'essence du savoir védique. Donc, le savoir védique est infaillible. Il se transmet par la parfaite succession des disciples.

Donc, le savoir védique n'est pas le résultat de recherches. Le résultat de nos recherches est imparfait, car les sens que nous utilisons sont imparfaits. Donc, le résultat de nos recherches est également imparfait. Il ne peut pas être parfait. Nous devons accepter la connaissance parfaite. La connaissance parfaite descend, comme il est écrit dans la Bhagavad-gītā, comme nous l'avons indiqué au début: evaṁ paramparā-prāptam imaṁ rājarṣayo viduḥ (BG 4.2). Nous devons recevoir le savoir de la source autorisée, c'est-à-dire du maître spirituel qui s'inscrit dans la succession des disciples, dont le point de départ est le Seigneur lui-même. Donc, la Bhagavad-gītā est énoncé par le Seigneur lui-même. Et Arjuna, c'est-à-dire l'étudiant qui a reçu les leçons de la Bhagavad-gītā, lui, a accepté tout cet enseignement tel qu'il est, sans rien omettre. Il n'est pas permis d'accepter certaines parties de la Bhagavad-gītā et d'en rejeter d'autres parties. Cela non plus n'est pas permis. Nous devons accepter la Bhagavad-gītā sans l'interpréter et sans rien en retrancher, et sans y mettre notre fantaisie personnelle, car nous devons la recevoir comme étant la perfection même du savoir védique. Le savoir védique est reçue de sources transcendantales, car le premier à avoir prononcé ces paroles est le Seigneur lui-même. Les paroles énoncées par le Seigneur sont dites apauruṣeya, c'est-à-dire qu'elles ne viennent pas d'une personne de ce monde d'ici-bas, qui est soumis aux quatre principales imperfections. Un être qui vit dans le monde d'ici-bas est atteint par quatre imperfections principales, qui sont, 1) la propension à commettre des erreurs, 2) la possibilité de tomber dans l'illusion, 3) la propension à tromper autrui, et 4) l'imperfection des sens. À cause de ces quatre imperfections principales, il est impossible de formuler de façon parfaite les éléments de la connaissance de tout ce qui existe. Les Védas ne sont pas ainsi. Le savoir védique a été communiqué à Brahmā, le premier être vivant créé, qui l'a reçu dans son coeur. Et Brahmā, à son tour, a répandu cette connaissance en la communiquant à ses fils et à ses disciples telle qu'il la reçue du Seigneur.